Concert Tété à Juigne sur Sarthe le 1er juillet 2017

1er samedi juillet 2017

20h45

Parc Du Chateau De Juigne Sur Sarthe (Juigné Sur Sarthe)

Prix : De 19.80 € à 23.80 €

Zoom sur l'artiste

Plus d'infos sur le concert Tété à Juigne sur Sarthe le 1er juillet 2017

Le concert Tété à Juigne sur Sarthe le 1er juillet 2017 a lieu dans le cadre du Festival in Juigné 2017.

GRANDE SCENE - 20h45

« Le bonheur est à portée de main si on veut bien le voir », confie Tété.

Guitariste passionné depuis l’adolescence, Tété sort son premier album, L’air de rien, en 2001.

Deux ans plus tard, c’est la consécration avec À la Faveur de l’Automne. Depuis, il ne s’est jamais arrêté – ni de tourner, ni de composer, pour lui ou pour les autres (de Gaël Faure à Fréro Delavega.). Il s’illustre même à la télévision avec André Manoukian dans l’émission Tété ou Dédé.

Son dernier opus en date, Nu Là-Bas (2013), était aussi personnel que pop. Malgré son succès, le temps était venu pour Tété de se poser. Ce temps, il a choisi de le prendre après une tournée acoustique au Japon et à Tahiti : « C’était une vraie liberté de ne plus suivre cet engrenage qui est d’investir des salles de plus en plus grandes. Renouer avec la simplicité m’a donné envie de poursuivre dans cette voie. »

Au début de l’année 2016, Tété crée la surprise en entreprenant une série de dates à la Java à  Paris et une tournée Solo Sans Sono – seul avec ses guitares – en médiathèques à travers toute la France, afin de faire « Vraiment sonner sa voix, au naturel ». Au vu de l’accueil chaleureux qui lui fut réservé, Tété a alors entrepris de mettre la touche finale aux Chroniques de Pierrot Lunaire : l’histoire « d’un homme qui doit un jour affronter la violence de la réalité. Chanson après chanson, il apprend à changer son regard sur ce qui l’entoure ». Tété ne cache pas qu’il s’est inspiré de ses propres états d’âmes : « Arrivé à l’âge de 40 ans, on réalise que, si on a de la chance de vivre autant d’expériences, on a également l’envie de s’incarner davantage. ».

Mission accomplie ! Le musicien renoue avec le dépouillement sonore de ses débuts, se défaisant des couches rajoutées en studio : « Mon principal challenge, c’était l’épure. Le français est une très belle langue qui exprime beaucoup mais, si l’on y rajoute trop d’instruments, on peut s’y perdre. L’air que j’ai mis dans mes chansons, c’est celui qui j’ai insufflé à ma vie…

Lorsqu’on est porté par ses respirations, on est davantage en interaction avec l’autre.»

www.tete.tv